Participate!
Menu
Partagez via:
Accueil Comprendre l'autisme Qu'est-ce que l'autisme? L'autisme et l'empathie

L'autisme et l'empathie

Qu'est-ce que l'empathie ? Il s'agit de la capacité à comprendre les sentiments des autres sans les vivre soi-même. Pour cela, il faut :

  • pouvoir adopter la perspective et le point de vue des autres ;
  • prendre part et comprendre leurs états d'âme ;
  • pouvoir réagir de manière émotionnellement adaptée.

Ces trois exigences sont plus difficiles pour les personnes avec autisme que pour les autres.

Tout d'abord, les personnes avec autisme ne reconnaissent pas suffisamment les expressions émotionnelles des autres. Elles perçoivent moins le visage comme un ensemble et associent souvent les émotions aux détails de l'expression émotionnelle. Si vous reconnaissez la colère seulement quand le détail ‘moustache' est présent, vous ne voyez pas que votre maman est fâchée car elle n'a évidemment pas de moustache. Si vous ne voyez pas cela, alors, vous ne pouvez pas vous mettre dans la peau de votre maman et il vous est donc impossible de faire preuve d'empathie envers elle lorsqu'elle est en colère. De même, vous pouvez difficilement consoler quelqu'un si vous ne reconnaissez pas sa tristesse.

Il arrive parfois qu'une personne avec autisme manifeste bel et bien de la compassion (elle reconnaît un sentiment chez une autre personne), mais elle ne comprend pas réellement ce que l'autre ressent.

Ils racontent...

Une fillette de 12 ans, ayant de l'autisme et ayant une intelligence normale, venait de rentrer chez sa thérapeute et lui dit à propos d'une autre fille qui était assise dans le couloir : « Joanie fait un drôle de bruit ». Lorsque la thérapeute est allée voir ce qui se passait, elle a trouvé Joanie en larmes. La signification des pleurs avait complètement échappé à la jeune fille avec autisme.

Si le présentateur du journal dit : «  Ces personnes souffrent continuellement de faim », Jack ressent une véritable compassion pour eux. Il ne doit pas pour cela tenir compte de l'état d'esprit des autres. Il a déjà eu faim et il sait donc ce que cela signifie. Même s'il a de l'autisme, il peut compatir avec les personnes qui souffrent dans les situations qu'il a lui-même vécues. Jack a de la sympathie, mais pas de réelle empathie.
Margaret Dewey